06-2021 Origine des noms de famille – Hofnàme

Famille Riedinger en 1914

Origine des Hoftnàme

Après avoir vu dans notre publication précédente comment se sont créés les villages et comment sont apparus les noms de famille, nous allons aujourd’hui nous pencher sur l’origine des « Hoftnàme ».

Il faut maintenant différencier les branches d’une même famille. Certaines se verront attribuer des surnoms en rapport à leur profession ou une particularité physique, d’autres par rapport à leur village d’origine, d’autres encore en rapport avec leur nom ou prénom, etc…

Les « Hoftnàme » changeront parfois de famille par le biais des mariages ou de changement de propriétaire d’une ferme. L’énumération de ces « Hoftnàme » n’est pas exhaustive et pour quelques familles l’origine n’a pu être établie.

Parmi les plus anciens retrouvés dans les registres paroissiaux protestants de notre commune depuis 1648, figurent les « Schriner » (Schultz), les « Wolffe » et « Galle » (deux familles Arlen), les « Heyri » et les « Neckel » (deux familles Stoll).

Un peu plus tard apparaitront les « Beil » (Arlen), les « Montze » et « Basche » (Riedinger), les « Hirtze » et « Stadt » une des familles Maechling ainsi que les « Schmedel », « Bodel » et « Becke » (autre famille Maechling). Suivront les « Schirel » (Wurmel), les « Schlosser » et « Schniderle » (Riedinger), les « Bosse » et « Bossel » (Grathwohl), les « Dordel » (Klein), les « Schuh » et « Fals » (Conrad), « Oths » (Riss) etc…

Du coté catholique on trouve également les « Hoftnàme » suivants : « Krembe » (Jund), « Zex » (Mathis); « Hannes » et « Hannesse » (Goerst), « Othsel » (Wenger), etc…

Une petite précision s’impose concernant l’orthographe et la phonétique de tous ces « Hoftnàme« . Il est bien connu que le parlé alsacien est difficile à écrire puisque d’un village à l’autre l’intonation, la prononciation et parfois même les mots changent. Les « Hoftnàme » sont ici orthographiés tels que trouvés dans les actes, comme « Beil » chez les Arlen ou « Schuh », « Conrad » et « Klein ».

Voici l’énumération d’un certain nombre par ordre alphabétique et patronymique :

ACKER dont une partie deviendra les « Maire-Georgé » descendants de Jean George ACKER qui fut Maire de Hoerdt de 1872 à 1902.

ARLEN Wolff (1573-1673) dont sont issus les « Wolfe-beck ». Wolff est probablement un diminutif de Wolfgang. Une branche « Beil » par le mariage de Johann ARLEN avec BEYL Maria en 1705 d’où les familles « Beil Lang », « Beil Jackel » d’aujourd’hui, ainsi que la famille « Bouwi’s » qui vient très certainement de la famille BOWE installée à Hoerdt en 1842, grand-mère maternelle de ARLEN Martin né en 1896 à Hoerdt, père de « Bouwi’s Albert » et « Bouwi’s Line ».
Georg ARLEN (1748-1825) surnommé « Beil George »  descendant de Wolff ARLEN, pour lequel l’explication pourrait provenir de sa belle-mère BEYL Anna. Parmi ses descendants nous retrouvons les « Beil », « Beil-Schwartz » et « Beil Jackele » ainsi que la famille KLEIN nommée « Beiler » (Behler).

ARLEN Gall : Ancêtre des familles STOLL (Galle – Galler – Galle Onkel), origine incertaine mais fort probable. Gall ARLEN est également l’ancêtre des « Langel ».

ARLEN -> Pfetze : probablement la même origine que les KLEIN ci-dessous suite au mariage de KLEIN Maria descendante de KLEIN Veltin « der alte Pfetze » avec ARLEN Jacob en 1758. Ce couple est l’ancêtre commun aux ARLEN « Pfetze » d’aujourd’hui.

BRANDT -> les « Woehner » se verront attribuer ce « Hoftnàme » par la profession d’un des leurs. BRANDT Martin (1746-1792) qui fut charron (wagner en allemand et woehner en alsacien). Les anciens connaissent encore les « Woehner » et les « Woehner-schnider ».

CONRAD -> principalement deux branches avec un ancêtre commun à Bietlenheim.
« Schuh » pourrait provenir de CONRAD Martin cordonnier dans les années 1750.
« Fald », « Faldser » et « Falds » : pas d’explication sur le « Hoftnàme » mais un ancêtre commun Jacques CONRAD né en 1827.

GOERST -> « Hannesse ». Plusieurs générations de GOERST Jean (Hans) dont le premier est arrivé de La Wantzenau et s’est marié à Hoerdt en 1823.

GRATHWOHL -> une partie est devenue les « Bosse » et « Bossels » par mariage avec une fille BOSSENAUER en 1819 (GRATHWOHL Jacques et BOSSENAUER Marie).

JUND -> « Krembe » : trouve l’origine avec Jean JUND qui est dit « revendeur » (Kremb) en 1832 lorsqu’il déclare le décès de son frère J-Michel. On retrouve le « Hoftnàme » dans plusieurs branches descendantes.

KLEIN -> « Pfetze » : KLEIN Veltin était nommé (vulgo der alte Pfetzen Veltin) lors de son décès en 1695. Selon certains anciens, il y aurait un lien avec Pfettisheim, sans certitude.

KLEIN -> « Rappe-gottel » et « Rappe-kurtz » ont comme ancêtre commun KLEIN Geoffroi né en 1808, lui-même descendant de KLEIN Georg cité comme « Rappen wirth » en 1799. Les « Rappe » sont descendants de « Pfetze Veltin ».

KLEIN -> « Zimmer » dont Jean George KLEIN nommé « Zimmer » sa mère étant OHL Eve-Catherine issue d’une famille de charpentier (Zimmermann), selon une source familiale. Cette branche KLEIN descend également de « Pfetze Veltin ».

KLEIN -> « Dordel » et « Dordel-Schurel » qui ont pour ancêtre commun KLEIN Philippe (1886-1958) et qui sont en parenté avec une autre branche par Jean KLEIN né en 1804 (sans plus d’explication sur l’origine du « Hoftnàme » et pas de lien direct avec les « Pfetze ») mais ancêtre commun avec les « Schmedgeorgé ».

KLEIN -> « Schmedgeorgé »: pas d’explication, même branche que les « Dordel » par KLEIN Johann (1663-1736).

MAECHLING : Des cinq branches établies en 1650, il ne restera que deux grandes familles
Diebold MECHLING, nommé « Schmed Diebold » et décédé en 1678 dont seront directement issus les « Schmedel » puis les « Becke » par J-George (boulanger) 1735-1809.
D’une autre lignée descendante du même Diebold viendront les « Bodel » probablement par mariage en 1807 entre MAECHLING Thiebaut et ETTER Eve, dont un des ancêtres était RUHLMANN Veltin dit « bodt Felden » en 1710.
Les « Stadt-Stadtwohl » (Stadt= ville = Strasbourg) et les « Hirtze » de l’auberge « Zum Goldenen Hirsch » (Cerf doré) dont sont issus les « Hirtze » et « Hirtze-Schnider ». Vers 1815 « Hirtze Jegel » deviendra « Metzger-Jegel » (Jacques le boucher 1790-1860) puis vers 1890 apparaîtront les « Jegel » (1864-1909) laissant à Philippe (1874-1961) la continuité des « Metzger-Jegel » d’aujourd’hui.

MATHIS -> « Zex » probable origine avec Joseph MATHIS venu de Weyersheim épouser la fille de Sixte PFLUG à Hoerdt en 1845 (Sixte = Zex)

MISCHLER -> « Kramer » dont les « Mees-Kramer » par mariage entre « Kramer Jackel » et « Mees (Moebs) Line ». Ce dernier couple a eu 17 enfants.

MISCHLER -> »Ruppert » autre branche avec comme ancêtre commun MISCHLER Jacques né en 1877. Pas d’explication sur l’origine de ce « Hoftnàme ».

RIEDINGER -> un seul ancêtre commun venu de Mundolsheim qui eut 5 fils :

  • Sebastian ou Bastian raccourci en « Basch » dont les « Schniderle », les « Schlosser », et autres « Walsch » (pas d’explication), « Draïer » (J-George Riedinger, tourneur, m.1813).
  • Jacob, qui verra sa descendance patronymique s’éteindre rapidement.
  • Hans et Georg surnommés « Montze »(raccourci probable de Mundolsheim).
    De « Hans » sont issus les « Rosels », de Georg sont issus les « Blaschschmidt » (ferblantier).
  • Niclaus dont sont issus les « Schniderle », « Eck-Schniderle » et « Schnider-gottel » ainsi que les « Kelver » (origine LUDWIG de Geudertheim).

SCHULTZ Martin (1663-1739) dit « Schreiner Martin » en 1694, (schreiner = menuisier), dont « Schriner-Yerri ».

STOLL Hans (1594-1674) dit « Heyrichs Hansel » à son décès en 1674  dont les « Heyri » et les « Heyri-Schriner ». Heyrich correspondant probablement au prénom Heinrich.

STOLL Niclauss (1650-1722 dit « Neckel », diminutif de Niclaus, encore courant à Hoerdt aujourd’hui.

STOLL Jacques -> « Waliger », ancêtre commun Jacques STOLL né en 1870, fabricant de cordes, (info de source familiale).

WOLFHUGEL -> « Zimmermann », charpentier de père en fils depuis 6 générations par les WOLFHUGEL et antérieurement au moins 2 générations par les BRANDT.

WURMEL -> « Schirel » : le plus ancien Michael WURMEL décédé en 1678 était nommé « vulgo Scherren Mechel » d’où certainement « Schirel ».

D’autres « Hoftnàme » sont encore utilisés par les anciens dont l’origine reste inconnue à ce jour :

WENGER -> « Othsel »
RISS -> « Oths » (Jean Riss, nommé ainsi à son décès en 1814, sans plus d’explications).
DAEFFLER -> « Derel »
RUHLMANN -> « Faldjackel, « Sehler » (cordier – seiler)
OTTMANN -> « Schultze »
BLAESIUS -> « Gloeser »

Si vous, lecteurs, connaissez l’origine de votre « Hoftnàme », ou si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le vôtre, n’hésitez pas à contacter Rémy MAECHLING – remy.maechling@hoerdt.com

Publication : MAP 06-2021 / Hoerdt Infos n°57 – Décembre 2018
Date : 04/10/2018
Auteur : Rémy MAECHLING